Se projeter sur demain - Le 16 août 2019 - 18:54

A l’heure de la remise des prix de la Douarnenez Courses Solo Gijón, la tentation était grande pour les coureurs de faire le bilan de cette saison de courses 2019. Dernière course en solitaire de la saison, si elle ne clôt pas le Championnat de France, l’épreuve a permis de tirer des enseignements fort utiles pour l’avenir.

 

Ils étaient tous là pour assister à la remise des prix de la Douarnenez Courses Solo Gijón, ce vendredi à la Maison du Nautisme de Tréboul. Ce dernier rendez-vous était l’occasion pour les coureurs de remercier les organisateurs et de faire le bilan de ces deux semaines de compétition. Pour l’équipe de Douarnenez Courses, viendra aussi le temps de la réflexion.

 

Les étapes hauturières validées

S’il est un point sur lequel tous les solitaires ont tenu à insister, c’est le grand intérêt de la deuxième étape Gijón – Douarnenez en passant par le Fastnet. Tous l’ont souligné : la perspective d’aligner 500 milles (la distance des Asturies à l’Irlande) sans aucune marque de parcours est diablement excitante. Même si le jeu est resté relativement fermé tactiquement, la faute à une direction du vent assez stable, les opportunités de creuser le trou ont été réelles, tant les conditions ont été variées : du vent fort aux brises évanescentes, du soleil à la pluie battante, les solitaires ont dû s’adapter en permanence. Paradoxalement, c’est dans le tronçon entre le Fastnet et Douarnenez que les options de route ont été les plus marquées. Mais au final, ces quatre jours de mer avalés à bonne vitesse ont reçu l’assentiment de tous.

 

Un Championnat de France inédit

La Douarnenez Courses Solo Gijón était la deuxième épreuve la plus cotée du Championnat de France de Course au Large, qui pour la troisième année, à la demande des coureurs et de la plupart des organisateurs, intégrait aussi les courses en double. Pour la Fédération Française de Voile représentée par Henry Bacchini, son vice-président, ce championnat a pris une nouvelle dimension. En participant à l’épreuve douarneniste, certains coureurs ont pu ainsi se placer. Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) est quasiment assuré de remporter le titre, Xavier Macaire (Groupe SNEF) de finir vice-champion de France. Pierre Leboucher (Guyot Environnement) complète le podium. Enfin Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) se hisse en quatrième place avant le Tour de Bretagne à la Voile, dernière épreuve de la saison affectée d’un coefficient un. Deux bizuths dans le top 5, c’est aussi le signe d’un profond renouvellement de la classe Figaro Bénéteau. De bon augure pour la suite…

 

Et demain

S’il est encore trop tôt pour tracer des perspectives pour les années à venir, plusieurs paramètres seront à prendre en compte. Les coureurs présents ont manifesté leur attachement à Douarnenez, au caractère à la fois familial et très professionnel de l’organisation qui donne un caractère unique aux épreuves de Douarnenez Courses. Resteront à résoudre les problèmes de calendrier. Enfin, si la course n’a pas pu se rendre à Horta, des contacts extrêmement chaleureux ont été noués avec le Puerto Deportivo de Gijón. C’est peut-être une opportunité pour de nouvelles manifestations, qu’il faudra creuser pour l’avenir.

 

 

 

Classement provisoire du Championnat de France avant le Tour de Bretagne

1 Benjamin Schwartz (Action contre la Faim)

2 Xavier Macaire (Groupe SNEF)

3 Pierre Leboucher (Guyot Environnement)

4 Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir)

5 Yoann Richomme (Le Hub by OC Sport)