Au Fastnet, vite et net - Le 13 août 2019 - 17:50

Plus qu’un tiers du parcours avant l’arrivée sur Douarnenez. Les favoris de la Douarnenez Courses Solo Gijón sont toujours aux avant-postes où un duel entre Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) et Xavier Macaire (Groupe SNEF) se dessine.

 

Peu de vent sur le sud Irlande. C’est sous un ciel gris et par une mer pas encore très bien rangée que les navigateurs engagés dans cette étape au long cours ont viré le phare du Fastnet. Tout au moins pour les premiers, puisque la queue du peloton pointe à une vingtaine de milles des leaders.

 

Deux saisons en une étape

Partis sous le soleil d’Espagne, les concurrents ont dû en rabattre au vu des conditions météo rencontrées sur la route de l’Irlande. Temps à grains, humidité persistante, les bonnets et le ciré complet sont de rigueur pour aborder les côtes irlandaises avant de redescendre vers la mer d’Iroise. Malgré tout, à quelque chose, malheur est bon puisque pour la première fois de l’étape, les spis sont de sortie. L’occasion de naviguer un petit peu à plat et de changer de rythme après 500 milles usants.

Tous témoignent d’une certaine fatigue, à l’image de Pierre Leboucher (Guyot Environnement) bien calé en cinquième position, qui s’est offert le luxe de transmettre une photo montrant l’état de ses mains ou d’Alan Roberts (SeaCat Service) qui reconnaissait combien il était difficile de garder de la lucidité dans cette mer confuse et ces vents erratiques.

 

Duel

Xavier Macaire a pu, quant à lui, donner sa position. Bord à bord avec Tom Laperche, il devance Tanguy Le Turquais (Quéguiner Kayak), Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) et Pierre Leboucher. Ce quintet a creusé l’écart sur un groupe de poursuivants qui compte Erwan Le Draoulec (Émile Henry), Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019), Matin Le Pape (Skipper Macif 2017), Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) et Justine Mettraux (TeamWork). Pour les autres, il faudra attendre le début de soirée pour enrouler le phare mythique. Obligés de longer le DST du Fastnet, les deux flottes devraient se croiser dans l’après-midi. Pierre Le Boucher, suivi par le reste du peloton, a quant à lui, choisi de contourner le DST par l’est. L'option de ce deuxième paquet va-t-elle redistribuer les cartes au moment d'entamer la descente de la mer celtique ?

 

Un retour qui promet

Si, pour l’heure, les vents restent faibles aux abords du phare, la situation devrait évoluer rapidement puisque, dès ce soir, des vents de secteur sud-sud-est puis sud-sud-ouest de 27 à 33 nœuds devraient s’établir en mer celtique. Au fur et à mesure que les concurrents descendront vers Douarnenez, le vent s’orientera au sud-ouest 20 à 25 nœuds puis plein ouest pour l’arrivée en mer d’Iroise. A ce compte, toute la garde-robe du Figaro Bénéteau 3 risque d’être sollicitée. On sait à quel point les différences de vitesse peuvent être importantes sur ce monotype suivant la toile que l’on porte. Ce qui signifie que les solitaires vont avoir du pain sur la planche, s’ils veulent espérer remporter les lauriers de la victoire.